L’unique enregistrement de la voix de Sigmund Freud

Une archive unique !

La voix de S. Freud n’a été enregistrée qu’une seule fois au cours de sa vie. La scène se passe le 7 décembre 1938, la British Broadcasting Corporation (BBC) vient interroger le thérapeute à son domicile de Maresfield Gardens, à Londres, pour enregistrer un court message dans le cadre de son émission Celebrities on Radio. Cette séquence dure un peu plus de deux minutes et sera diffusée à la fin du mois, le 27 décembre. À cette époque, Freud a 82 ans, il a quitté l’Autriche depuis peu et vient de subir une énième opération à cause d’un cancer de la gorge inopérable et incurable qu’il traîne depuis le début des années 20. Sa parole est difficile et extrêmement douloureuse. Moins d’une année plus tard, ne supportant plus la douleur provoquée par une rechute, il demandera à son médecin de lui prescrire une dose mortelle de morphine. Il décèdera le 23 septembre 1939.

 

Freud's speech for the BBC recording. Page one - Page two. Holograph notes, 1938. Manuscript Division. Library of Congress (193)
Freud’s speech for the BBC recording. Page one – Page two. Holograph notes, 1938. Manuscript Division. Library of Congress (193)

Pour cette intervention sur la radio britannique, le fondateur de la psychanalyse a préparé un texte en anglais qu’il lit au micro. En voici le contenu original, suivi de sa traduction :

« I started my professional activity as a neurologist trying to bring relief to my neurotic patients. Under the influence of an older friend and by my own efforts, I discovered some important new facts about the unconscious in psychic life, the role of instinctual urges, and so on. Out of these findings grew a new science, psycho-analysis, a part of psychology, and a new method of treatment of the neuroses. I had to pay heavily for this bit of good luck. People did not believe in my facts and thought my theories unsavoury. Resistance was strong and unrelenting. In the end I succeeded in acquiring pupils and building up an International Psycho-analytic Association. But the struggle is not yet over.
Im Alter von 82 Jahren verließ ich in Folge der deutschen Invasion mein Heim in Wien und kam nach England, wo ich mein Leben in Freiheit zu enden hoffe
My name Sigmund Freud »

« J’ai débuté mon activité professionnelle comme neurologue en essayant d’apporter du soulagement à mes patients névrosés. Sous l’influence d’un ami plus âgé et grâce à mes propres efforts, j’ai découvert d’importants faits nouveaux sur l’inconscient dans la vie psychique, le rôle des pulsions sexuelles, etc. De ces trouvailles émergea petit à petit une nouvelle science, la psychanalyse, une partie de la psychologie, et une nouvelle méthode de traitement des névroses. J’ai eu à payer lourdement cette part de réussite. Les gens n’ont pas adhéré à mes conclusions et ont trouvé mes théories suspectes. La résistance a été forte et sans répit. À la fin, j’ai gagné en prenant des élèves et en créant une association internationale de Psychanalyse. Mais la lutte n’est pas encore finie. »